L’ OEIL D’OR DU FESTIVAL DE CANNES EDITION 2019

Pendant 12 jours, ce 72e Festival de Cannes a célébré des artistes et des films de tous horizons, faisant du cinéma une fête de découvertes et de retrouvailles partagées aux quatre coins du monde.

Le 25 mai dernier, l’Œil d’Or, prix cannois du documentaire, présidé cette année par la réalisatrice Yolande Zauberman, a distingué ex-aequo deux films présentés en séances spéciales de la sélection officielle : For Sama de W. Al Kateab et E. Watts (Royaume-Uni, États-Unis) et La Cordillère des songes de P. Guzman (Chili, France).

LA JOIE DE DÉSOBÉIR ENSEMBLE

Lors de la remise du prix, le jury a déclaré : « Les deux films que nous avons primés parlent d’amour, d’exil, de résistance et de la joie de désobéir ensemble ». Et ce n’est pas tout : nouveauté 2019, les lauréats de L’Oeil d’Or auront le privilège d’être automatiquement admis à concourir à l’Oscar du meilleur documentaire, une précision – et pas des moindres – révélée par la présidente de la Scam et créatrice du prix, Julie Bertuccelli.

 

Les lauréats Waad al-Khateab et Edward Watts autour du jury de l’Œil d’or (Yolande Zauberman, Romane Borhinger, Eric Caravaca et Ross McElwee) et Julie Bertuccelli, présidente de la SCAM (© SCAM)
France, Chili | 2018 | 85 minutes | DCP

Un film de Patricio Guzmán

« Au Chili, quand le soleil se lève, il a dû gravir des collines, des parois, des sommets avant d’atteindre la dernière pierre des Andes. Dans mon pays, la cordillère est partout mais pour les Chiliens, c’est une terre inconnue. Après être allé au nord pour Nostalgie de la lumière et au sud pour Le Bouton de nacre, j’ai voulu filmer de près cette immense colonne vertébrale pour en dévoiler les mystères, révélateurs puissants de l’histoire passée et récente du Chili. »
(Patricio Guzmán)

Syrie, Royaume-Uni | 2019 | 95 minutes

Un film de Waad al-Kateab, Edward Watts

Quand le conflit en Syrie commence en 2012, Waad al-Kateab est une simple étudiante d’Alep. Quatre ans plus tard, elle fait partie des derniers survivants avant que la ville ne tombe aux mains des forces de Bachar al-Assad en décembre 2016. A ce moment précis, elle est mariée, maman d’une petite fille et enceinte d’un second enfant. Elle est connue sur Internet pour ses reportages déchirants sur la situation en Syrie. Il s’agit d’une lettre d’amour à sa fille, née en janvier 2016, et retraçant l’année la plus noire et meurtrière du conflit.

ENTRE ELECTROCHOC ET LEÇON D’HUMANITÉ

For Sama a fait l’effet d’un électrochoc sur la Croisette. Lettre adressée à sa petite fille, le film suit le quotidien dans un hôpital d’Alep, sous les bombardements, de Waad al-Kateab, la réalisatrice, et de son mari médecin.

« Le film a été réalisé pour expliquer à Sama le choix incroyablement difficile que nous avons dû faire »  a expliqué Waad al-Kateab. En recevant son prix, elle a eu une pensée pour ses compatriotes. « Rien ne viendra détruire l’humanité en nous », a-t-elle lancé.

Autre film récompensé, La cordillère des songes de Patricio Guzman traite de l’exploitation minière d’une partie de la cordillère des Andes, manière de revenir sur l’époque de la dictature de Pinochet (1973-1990). Le réalisateur n’était pas présent pour recevoir son prix.