ENTRE FICTION ET RÉALITÉ : ZONE LIBRE AVEC ALAIN DAMASIO

photo @nouveauxregards

RENOUER AVEC LE VIVANT

Ils étaient nombreux à attendre son arrivée au Collectif 12. Alain Damasio était donc à Mantes-la-Jolie, le 20 avril dernier, et est allé à la rencontre d’une foule de fans ayant fait le déplacement afin de rencontrer l’auteur à l’utopie positive.

L’auteur se prête donc naturellement au jeu de la séance de dédicace, formant ainsi une horde de lecteur qui sans cesse se renouvelle au fil du temps. C’est un véritable moment de partage qui se développe autour de l’auteur et des lecteurs présents.

LES FURTIFS, LE NOUVEAU ROMAN D’ ALAIN DAMASIO, 15 ANS APRÈS LA HORDE DU CONTREVENT

Les Furtifs nous plonge dans un futur proche et fluide où le techno- cocon a affiné ses prises sur nos existences. Dans ce monde, les Furtifs, ce sont « des êtres de chair et de sons, qui circulent dans les angles morts du quotidien et qui vont permettre aux humains de renouer avec le vivant« .

photo @Harold Swanson Nouveaux Regards

LIBRE, TOUT SIMPLEMENT

Toute la journée durant, une install-party a eu lieu afin de libérer les ordinateurs des personnes désireuses de s’émanciper des GAFAM. Les associations Parinux et Franciliens.net étaient présentent, afin de répondre aux questions de chacun. Initiation aux logiciels libres, installations de systèmes d’exploitations éthiques et respectueux de notre vie privée, cette install-party a permis à certain d’entre nous de devenir de vrais furtifs. Ou quand la réalité rejoint la fiction.

L’IMAGINAIRE À L’ÉPREUVE DE LA SCÈNE

Durant la séance de dédicaces les comédiens de la compagnie des Abrités ont parcouru les salles pour interpréter quelques tirades du roman culte d’Alain Damasio, la Horde du Contrevent.
Déjà grimés et costumés ce sont de véritables hordiers qu’Alain Damasio et le public voient déambuler un peu avant leur représentation. Après un premier temps d’expectative, les sourires s’installent et les comédiens poursuivent sur un petit quart d’heure leur première performance libre
UNE HORDE À PORTÉE DE MAIN

Sur scène, trois fois rien : du sable, des bouts de bois, des objets. Diminuée, rapetissée, la Horde rentre plus facilement sur le plateau, et la science-fiction aussi. Le théâtre d’objet, ligne de conduite pour ce travail, a permis la transposition de l’univers d’Alain Damasio dans des objets connus, du quotidien qui deviennent des appuis sans précédent pour raconter ce qui n’est pas représentable. L’univers de science-fiction prend alors référence dans notre monde réel. « La collaboration avec H4N nous a permis de travailler sur l’évocation sonore du roman » explique Ethel De Sousa, metteuse en scène. « La faire exister au moins un temps par l’audio était essentiel pour exploiter au mieux les différentes manières de véhiculer l’imaginaire ». Ces voix extérieures, dématérialisées et les ambiances sonores composées pour ce projet nous plongent sans avoir à les représenter au coeur du vent et de la Horde.

photo @LaVolte

UNE RENCONTRE SANS SURVEILLANCE

À l’occasion de la sortie de son dernier roman, « Les Furtifs« , Alain Damasio était  donc invité le 20 avril dernier à Mantes afin d’échanger avec la Quadrature du Net sur les enjeux liés aux nouvelles technologies et la surveillance.

Pendant l’échange, Alain Damasio lancera :  » Internet est une révolution plus anthropologique que technique. C’est une machine monde à l’intérieur de laquelle on est obligé d’évoluer. » Un long débat a suivi entre les intervenants et le public.

LE REGARD DE LA PRESSE